Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Actualités

Retour
Les effets secondaires de l'hormonothérapie
Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Les effets secondaires de l'hormonothérapie

Les effets secondaires de l'hormonothérapie dépendent surtout des facteurs suivants :

  • Type d'hormonothérapie employé
  • Dose de médicament administrée
  • État de santé global de la personne atteinte

Les effets secondaires peuvent se manifester au cours de l’hormonothérapie, tout de suite après ou seulement quelques jours ou semaines plus tard.

Il arrive parfois que les effets secondaires s'atténuent au fur et à mesure que le corps s'adapte à l'hormonothérapie.

La plupart disparaitraient une fois qu'on cesse de prendre le médicament.

Cependant, il semble que certains effets secondaires persistent après la fin du traitement.

Il est important de signaler et consulter le médecin ou un membre de l’équipe soignante si ces symptômes persistent ou deviennent incommodants.


Les diverses hormonothérapies engendrent différents effets secondaires.

 

EFFETS SECONDAIRES SOUS TAMOXIFENE (médicament générique) ou NOLVADEX (médicament non générique)

Les effets ressentis par un grand nombre de femme sous TAMOXIFENE ou NOLVADEX sont :

  • Fatigue
  • Insomnie
  • Prise de poids
  • Bouffée de chaleur
  • Douleur musculaire ou articulaire

LA FATIGUE

La fatigue rend une personne plus lasse que d'habitude et peut nuire aux activités quotidiennes et au sommeil.

La fatigue génère des difficultés à effectuer des efforts physiques et à maintenir une activité intellectuelle.

"Avant la maladie, je pouvais identifier clairement pourquoi j’étais fatigué : le travail, le sport, une fête, les enfants, etc. Pour moi, c’était une bonne fatigue. Une bonne nuit et c’était reparti."

"Je ne me souviens pas d’avoir été épuisé après une longue journée de travail."

"Parfois, j’avais un coup de pompe après un repas mais cela ne durait pas longtemps."

La fatigue liée au traitement sous hormonothérapie peut être invalidante : de simples activités comme préparer un repas, monter un escalier, faire le ménage, se laver, s’habiller, parler, lire, prendre une décision, etc., deviennent de vraies épreuves.

Quand on est très fatigué par les traitements, on est anéanti, abattu, claqué, exténué, épuisé, lessivé, vidé, KO. On n’arrive plus à rien faire.

La fatigue reste encore trop souvent sous-estimée et donc insuffisamment prise en charge. Or la fatigue doit être traitée.

Consultez le médecin ou un membre de l'équipe soignante si ces symptômes persistent ou s’ils deviennent incommodants.

GONFLEMENT OU PRISE DE POIDS

Le gonflement des mains ou des pieds est parfois causée par la rétention de liquide et les traitements.

Une hygiène alimentaire adaptée à chacun peut permettre de minimiser la prise de poids. Attention aux aliments contre-indiqués avec votre traitement.

"C'est compliqué de perdre du poids quand on a un traitement qui joue sur les hormones mais j'essaie au moins de limiter la casse"

" J’ai conscience que je dois changer d'habitudes alimentaires mais je ne sais pas quel aliment privilégier"

"Je ne me reconnais pas, j'ai grossi et je ne sais pas pourquoi car je mange comme avant"

Consultez le médecin ou un membre de l'équipe soignante si ces symptômes persistent ou s’ils deviennent incommodants.

LES BOUFFEES DE CHALEUR

Certaines hormonothérapies peuvent engendrer des bouffées de chaleur et de la transpiration.

En général, ces effets secondaires s'atténuent au fur et à mesure que l’organisme s’habitue au médicament ou lorsqu'on cesse de le prendre.

Il existe des façons d'atténuer les symptômes de la ménopause comme les bouffées de chaleur. Attention, consultez le médecin ou un membre de l'équipe soignante avant de prendre des produits à base de plantes médicinales pour soulager les bouffées de chaleur, puisque certains peuvent avoir des propriétés hormonales qui risquent d'affecter un cancer hormono sensible.

Le fait de prendre l’hormonothérapie le soir peut aider certaines personnes à soulager les bouffées de chaleur. Si ces bouffées sont plus présentes la nuit, prenez les médicaments le matin.

De même pratiquer un sport régulièrement permettrait au corps à réapprendre à maîtriser la chaleur corporelle et atténuerait ainsi la fréquence des bouffées de chaleur. Mais il faut être patiente, les effets sont parfois long à apparaître.

L'acupuncture est aussi conseillée, une autre alternative pour essayer différemment d'atténuer les bouffées de chaleur.

Dans tous les cas votre spécialiste peut vous conseiller et vous orienter afin de vous adresser aux professionnels les plus scrupuleux.

« Parfois je transpire tant que j'ai besoin de prendre une douche ! »

« Ces bouffées de chaleur sont soudaines et rapides. Je ne quitte plus mon éventail car elles surviennent à n'importe quel moment et partout »

« Les bouffées de chaleur me réveille la nuit, mon sommeil est haché, je me réveille le matin crevé. »

Consultez le médecin ou un membre de l'équipe soignante si ces symptômes persistent ou s’ils deviennent incommodants.

DOULEURS MUSCULAIRES OU ARTICULAIRES

La douleur musculaire ou articulaire peut apparaître quelques jours après le début de la prise de médicaments.

Se baisser, monter un escalier…peuvent être une source de douleur. On est vite tenté d'éviter ces mouvements ! Là aussi, la pratique d'une activité sportive permet de limiter ces effets. Il est important d'être conseillé par un professionnel pour connaître les bons mouvements à effectuer afin de ne pas accentuer les douleurs.

"J'ai l'impression d'avoir pris 15 ans ! Je suis moins agile"

" Quand je me baisse je dois m'appuyer sur quelque chose pour pouvoir me relever. Je ne peux plus solliciter mes genoux comme avant"

Consultez le médecin ou un membre de l'équipe soignante si ces symptômes persistent ou s’ils deviennent incommodants.

 

MES PETITS TRUCS A MOI POUR VIVRE AVEC CES EFFETS SECONDAIRES

  • Boire de l’eau à chaque bouffée de chaleur mais aussi s’hydrater régulièrement.
  • Faire des siestes quotidiennes,
  • M’imposer une activité physique qui me plait,
  • Manger sainement.
  • Faire demain ce que je ne peux faire aujourd’hui.

Valérie, 51 ans.

Si vous êtes un thérapeute, un spécialiste ou un patient, nous serions très heureuses de vous rencontrer pour échanger.
Que ce soit simplement pour nous rencontrer ou dans le cadre d'un témoignage ou d'un atelier à mettre en place, vous pouvez nous contacter par e-mail : lavieapresrose@gmail.com 

8 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Mon retour au travail après un cancer du sein

Mon retour au travail après un cancer du sein

Août 2012

Alors que j’occupais un poste de cadre de direction dans le secteur de l’économie...

28 février 2017
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus